atelier galerie biographie expositions contact

Née le 17 mai 1955 à Paris
1973-1979, études d'architecture à l'Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris
Vit et travaille à Paris


« Voici plus de dix ans j’avais été amené à écrire quelques lignes sur, ou, à propos de l’œuvre de Florence Roqueplo, en découvrant sa démarche, j’avais constaté la forte originalité de son auteur. Décrivant l’aspect général de cette peinture, j’y percevais tout autant l’énergie que sa richesse chromatique.
Ayant opté pour une abstraction sans équivoque, Florence n’en manifestait pas moins un goût très marqué pour des résonances terriennes voir volcaniques, on y ressentait comme un contact physique avec la matière picturale et quand un graphisme apparaissait, il s’ancrait dans une signification globale de l’œuvre.

Aujourd’'hui, et ayant suivi au fil des ans la peinture de Florence, je suis frappé par la permanence qui ne contrarie en rien une inéluctable évolution.
A la gravité sobre et rugueuse de naguère, succède aujourd’hui un élan tout aussi décisif mais où la gamme chromatique s’est étendue , des bleus éclatants qui font penser aux fresques Florentines, les jaunes souffre, aux champs de colza, jusqu'aux rouges orangés intenses.
Les signes sont toujours là, mais eux aussi ont subi une mutation tantôt fortement structurée aux codes toujours très mystérieux, tantôt comme une simple balafre traversant l’étendue du tableau.

Aussi Florence Roqueplo inscrit-elle son œuvre dans un champs riche d’avenir qui la rapprocherait d’un Lüpertz ou d’un James Brown. Mais à la différence de ces deux artistes, Florence n’opte pas pour une « bad painting».
Chez elle, la somptuosité chromatique dont je fais état dans ce texte, joue comme une réconciliation sensuelle et affective du monde et de l’Homme. »

Frédéric Benrath
Professeur à l'École d'Architecture de Versailles (Paris 1999)
Peintre